Avis sur la modification n°1 du PLU de Boulogne-Billancourt

Avis sur la modification n°1 du PLU de Boulogne-Billancourt

L’association Environnement 92, créée en 1991, fédère 49 associations de protection de l’environnement des Hauts de Seine. Environnement 92 est agrée pour la protection de l’environnement et habilitée au dialogue environnemental. Elle est affiliée à France Nature Environnement Île-de-France.


Ce projet de modification du PLU qui survient moins de 3 ans après son approbation en décembre 2018, se présente dans une commune particulièrement carencée sur plusieurs plans :

  • en espaces verts publics : la commune affiche environ 5m2 d’espaces verts publics par habitant depuis de nombreuses années soit moins des 10 m2 d’espaces verts par habitant recommandés par l’OMS, sachant que le sud de la commune est encore plus carencé par rapport au nord qui profite de la proximité du Bois de Boulogne. La santé et le bien-être des habitants et des actifs qui y travaillent en sont affectés.
  • en logements sociaux (au sens de la loi SRU (15 % au lieu de 25 %). Par ailleurs, la commune est ultra riche en surface de bureaux (1,5 millions de m2) et d’emplois plus de 70 000 pour une population de 120 000 habitants. Dans cette perspective, la ville préfère payer des pénalités pour son retard sur les constructions de logements sociaux…donc faire payer tous les boulonnais, que de construire des logements sociaux ou convertir des bureaux en logements. Il est incompréhensible que les services de l’État ne mettent pas la pression sur la ville de Boulogne-Billancourt pour qu’elle comble son important retard de logements sociaux… alors que dans la précédente modification du PLU, la commune a autorisé la construction en bords de Seine sur le quai George Gorse d’immeubles mixtes bureaux-résidentiels non sociaux.

Le projet de construction d’un Palais omnisport sur l’Ilot V de la ZAC Seguin Rives de Seine va aggraver ces carences sans démontrer son utilité.

  • Ce projet condamne tout espoir de créer un nouvel espace de nature en supprimant un espace ouvert dans le sud de la commune qui en a un besoin criant. Ce projet est présenté quelques mois après le dépôt de permis de construire de la partie centrale de l’Île Seguin et de l’îlot D5 sur la même ZAC, montrant une volonté de poursuivre le bétonnage de la ville au mépris du bien-être des habitants.
  • Ce projet va générer une aggravation des nuisances pour les riverains : pollutions de l’air, pollutions sonores, et un trafic automobile accru qui va s’ajouter aux mêmes nuisances que celles régulièrement observées près du Parc des Princes.
  • Ce projet de palais omnisport est inutile au vu des opportunités de GPSO ; la construction de cet équipement sportif important à utilisation modérée car le basket n’est pas le sport préféré des français alors que dans un rayon d’un kilomètre, il existe des stades couverts importants : Parc des Princes, Roland Garros, Jean Bouin et surtout le stade intercommunal Marcel BEC de GPSO dans la forêt de Meudon ayant appartenu à la société Renault et qui offre toutes les possibilités d’aménagements sur une surface déjà artificialisée.

Ce projet de modification de PLU, qui n’a pas fait l’objet d’une évaluation environnementale, (on peut le regretter), est indigent sur ce plan :

  • en dehors des effets négatifs exprimés ci-dessus, les projets d’amélioration paysagère(restauration du paysage naturel du parc Rothschild, alignement d’arbres protégés,augmentation d’épaisseur de terre végétale, agriculture urbaine, protection de pins Laricio de Corse) qui motivent la modification du PLU, apparaissent comme du”greenwashing” pour donner bonne conscience à la municipalité sans gommer les disparités de végétation publique entre le nord et le sud de la commune.
  • La cohérence du projet avec le Plan Climat Air Energie Territorial de GPSO est très discutable, malgré l’affichage de mise en place de dispositifs d’énergie renouvelables sur les toitures. Les mesures d’adaptation au réchauffement climatique sont quasi inexistantes. La construction du palais omnisport va aggraver l’effet “ilot de chaleur” du quartier autour de la place Bir Hakeim, en cas de canicule. L’artificialisation des sols avec la construction de ce stade, supprime un espace ouvert urbain capable d’infiltrer les eaux de ruissellement dans la nappe phréatique. L’empreinte carbone de la commune va s’aggraver en contradiction avec les objectifs du Plan Climat Air Energie de GPSO.
  • L’absence de concertation avec la population sur l’opportunité de ce projet montre surtout un mépris des riverains et des Boulonnais en général à cause de l’impact attendue en matière environnementale et sur la pertinence très contestable de la construction du stade.

En conclusion, Environnement 92 émet un avis très défavorable sur ce projet de modification du PLU qui ne place pas la commune dans la perspective de la lutte contre le réchauffement climatique et ne donne pas d’espoir aux Boulonnais d’un meilleur cadre de vie.

Le 31 mars 2021,
Irène Nenner,
Présidente, officier dans l’Ordre de la légion d’Honneur.