ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2017

Assemblée Générale du 18 Mars 2017 à Bourg la Reine

Rapport d’activité

Le rapport qui suit a été élaboré avec le concours de notre secrétaire Générale et d’autres membres du Bureau qui interviendront pour nous présenter les travaux qu’ils ont mené dans leur territoire et les premiers enseignements tirés. Irène Nenner exposera les travaux du collectif T3 sur les forêts urbaines et sur les parcs et jardins, Pierre Salmeron détaillera son travail sur le territoire 2 et Bernard Perraudin nous parlera des espoirs de faire entendre l’idée de la coulée verte à travers la Défense et faire en sorte qu’elle existe vraiment comme promis.
Depuis notre précédente AG, il y a dix mois seulement, 9 réunions de bureau, 9 comités directeurs, une dizaine de rencontres souhaitées (STIF, EPADESA, DRIEA,) et une dizaine inattendues (Présidente du Tribunal Administratif, les défenseurs des arbres qu’ils soient en forêt ou en alignement. Nos axes de travail ont été influencés par l’actualité de notre planète, de nos institutions, de nos productions, de nos préoccupations et de nos activités. Des paris ont été tenus, d’autres restent à relever.

En matière d’environnement :
Des chantiers ont surgi dans toutes les communes et ont bousculé notre cadre de vie : ici la ligne 15, ailleurs Eole, des trams ou des réfections de voies mais à la Défense toujours des tours. Parfois nécessaires mais d’autres fois bien inutiles, les transformations de nos paysages sont en cours sans que nous sachions s’il s’agit de réelles améliorations. (l’île Seguin, les Serres d’Auteuil, les Groues, la Papeterie ? , la Porte Maillot, le centre de Garches… ) Des inondations impressionnantes ont paralysé le pays et tout particulièrement notre région. Nos communes ont vu passer le flot hors de son lit habituel. Michel Durand de Bellerive-Malmaison nous a rendu compte de ses démarches pour lutter contre les constructions en zones inondables et nous l’avons aidé d’autant plus volontiers que des projets ignorants de la situation à risques pourraient connaître à l’avenir des dommages évitables. Les épisodes répétés de pollution atmosphérique ont donné lieu à la circulation alternée et à la fermeture d’une partie des voies sur berges à Paris, mesure contre laquelle se sont mobilisés 168 maires de la région, mesure certes insuffisante mais symbolique. En réponse, Michel Riottot s’est fortement engagé dans l’élaboration difficile du Plan régional de Protection de l’Atmosphère qui comme il le dit lui-même sera imparfait, incomplet mais qui aura le mérite d’exister et d’être une référence.

En matière juridique et administrative :
Nous avons demandé par deux fois à chaque Territoire de créer un conseil de développement. Aucune réponse officielle ne nous est parvenue mais nous avons appris que certains présidents n’y seraient pas opposés. Patience et longueur de temps… Des fusions ont été engagées entre villes (Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt) et entre départements (78 et 92) mais aussi au cœur de La Défense entre DeFacto et l’Epadesa. Ces fusions sont maintenant confirmées et avancent rapidement. La loi de reconquête de la biodiversité a été adoptée. Elle constitue une avancée pour l’environnement qui est le nôtre même si nos la jugeons insuffisante et imparfaite. Une synthèse vous en est proposée dans le dernier n° de la Lettre d’Environnement 92. Parallèlement, nous avons vu émerger une nouvelle conception de la vie démocratique, celle du tirage au sort des citoyens qui participent aux instances de concertation. Il parait évident que nous aurons à déplorer une perte des compétences et une mise à distance des associations. Néanmoins, nous pouvons nous féliciter de la participation d’Irène au Conseil de développement (CoDev) de la MGP. Elle pourra faire entendre la voix des associations ici présentes et nous comptons sur elle pour nous raconter ce qui se dit et se passe dans cette instance.

En matière de communication :
La nôtre s’est améliorée avec l’envoi trimestriel de notre Lettre aux élus. Si son visuel demande à être amélioré, elle sert déjà à relayer régulièrement nos actions de terrain, nos opinions et analyses et les dossiers sur lesquels nous travaillons pour essayer de résoudre des problèmes et dégager des solutions. Elle sert aussi à maintenir le lien entre nos associations et certains élus avec lesquels le dialogue est difficile. Nous avons ainsi pu faire connaitre notre avis sur la MGP qui différait légèrement de celui de FNE idf, le travail d’Irène, les analyses de Pierre Tripier et la vie locale côté usagers. Il nous reste à adopter un nouveau logo et créer un vrai site Internet et, surtout, à le faire vivre. Nous vous proposerons tout à l’heure de choisir entre plusieurs propositions.
En matière de fonctionnement :
Il est extrêmement régulier et le Bureau tient à remercier plus particulièrement ceux d’entre vous qui rendent régulièrement compte des commissions et autres réunions auxquelles ils participent (J. Capet, J-M. Blin, M. Riottot, C. Andres, D. Hannotiaux, B. Garmirian) Nous n’en ferons pas ici la liste exhaustive, trop longue, puisque nous sommes représentés dans une vingtaine d’entre elles. et ceux qui se sont particulièrement impliqués dans des travaux d‘importance,
Irène Nenner et son groupe de travail sur le sujet des forêts urbaines et des parcs et jardins publics en relation avec l’ONF,
Pierre Tripier pour son décorticage des statistiques des tribunaux administratifs et du travail des stagiaires du service juridique de FNE idf ainsi que celui dans lequel il s’est lancé sur la transition énergétique avec l’aide de Laurent Kern et, bientôt, d’un stagiaire.
Pierre Salmeron et Luc Blanchard, pour leur travail sur la Métropole au sein de FNEidf et pour le manifeste,
Michel Durand engagé dans une action pour sauvegarder les terrains inondables de constructions,
Bernard Perraudin et Martine Laizé sur les dossiers des JO 2024 dont les contacts avec Marc Ambroise Rendu ont permis de soulever déjà quelques questions et trouver une écoute pour faire remonter les inquiétudes et attentes,
Michel Riottot avec le PPA
Bernard Garmirian avec l’interpellation sur La Défense, sa gouvernance et ses projets mais aussi son modèle en révision.
Notre réseau associatif se consolide :
Plusieurs associations nous ont rejoints et font un gros travail sur les terrains inondables, sur l’environnement à La Défense, sur les arbres d’alignement. Nous tenons à renouveler notre souhait de les aider au mieux. D’autres associations à l’audience moins importante mais portées par des personnes qui restent attachées au réseau, continuent l’échange d’information et la mobilisation locale. Leur participation à Environnement 92 et le réseau d’association a pu trouver sa place dans la dynamique des territoires et l’organisation des collectifs et coordinations. L’adhésion adaptée à la situation de chacune pourra néanmoins être recommandée. L’association ESPACES, principalement implantée dans les Hauts de Seine, a des liens privilégiés avec Environnement 92 à travers des relations personnelles locales et notamment celle de votre président membre du CA d’ESPACES. Suite à une réunion avec la Présidente et le Directeur général, les liens vont être clarifiés et des participations croisées aux activités locales pourraient être envisagées. Environnement 92 est invité par exemple à signer la charte de l’eau tout comme les collectivités.
Enfin FNE idf reste notre fédération support. L’investissement de plusieurs d’entre nous dans cette structure devrait permettre davantage de liens et de mutualisation dans les actions et une meilleure circulation de l’information. Plus généralement, le réseau FNE est important pour nous. Nous en sommes un relais local mais, de notre point de vue, FNE devrait porter davantage la synthèse des actions locales. Nous devons trouver un équilibre entre le trop d’ambition et de foisonnement d’idées et d’actions et la mono activité contre des projets. FNE idf nous appelle pour prendre des relais sur des actions locales, il faut pour autant que les relais se fassent au niveau départemental. Nous remercions également Rami MGHAIETH et Laurent KERN pour leur participation spontanée à nos travaux.
Ce bilan étant fait, il reste des préoccupations récurrentes et de nombreux objets d’actions à venir : La création des tram (T1, T3 et T10) Les PLU et leurs défauts, Le grignotage de nos espaces verts et la lente définition des trames vertes et bleues. L’abattage des arbres d’alignement en dépit de leur protection affichée dans la loi de reconquête de la biodiversité
D’autres actions structurantes n’ont pas encore abouti mais pourraient trouver des réponses au fil du temps. Elles constitueront donc nos objectifs pour cette année : L’an passé, nous envisagions de travailler sur le budget avec un groupe trésorerie, ce qui reste à faire pour avoir un budget prévisionnel de dépenses. Nous nous y attellerons cette année. Autre objectif : Fédérer les associations ou les individus, en l’absence d’association, et rassembler au-delà des membres actuels sur des actions communes d’intérêt général dans tous les territoires des Hauts de Seine. Multiplier les rencontres avec les instances du département, notamment nos députés et sénateurs, et leur faire des propositions après avoir construit des dossiers pour les porter, tel celui sur les forêts urbaines ou celui en préparation sur la transition énergétique. Nous avons commencé avec le Président du Conseil départemental le 6 mars. Se pencher sur une question importante, celle de la réindustrialisation de notre département.
Cette assemblée générale est également pour moi l’occasion de vous rappeler que je souhaite assister aux Assemblées générales de vos associations. Cela nous permettra de mieux nous connaitre et de mieux comprendre les besoins des associations.
Enfin, je souhaite ici remercier Daniel Hannotiaux qui quitte la présidence de Sud Environnement et sa charge de Trésorier d’Environnement 92. Sans retracer de manière exhaustive tout son long engagement associatif, je vous rappelle qu’il a été Président de son association de quartier La Boissière à Fontenay-aux-Roses avant de fonder Sud Environnement de participer activement à Environnement 92 et d’accepter de présider un temps FNE idf qui s’appelait alors Ile-de-France Environnement. Avant de lui passer la parole pour son rapport financier, je vous propose de l’applaudir pour le remercier de ses bons et loyaux services depuis une trentaine d’années auprès des associations.

Thierry Hubert, Président

Le diaporama

5 réponses sur “ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2017”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.