Un massacre de plus

La SNCF abat des arbres à la chaîne

La SNCF procède à grande échelle à l’éradication des arbres le long du transilien L : 60 km de voies ferrées sont l’objet d’abattage systématique et il n’y a pas de plan de remplacement. La photo prise à Sèvres le 8 mars dernier montre l’étendue du désastre :

  • Un paysage désolé pour longtemps : même si l’on replante, il faut des dizaines d’années pour qu’un arbre retrouve sa taille initiale
  •  Une arme contre la canicule disparaît : les arbres procurent de la fraîcheur aux habitants
  • Une atteinte à la biodiversité : les arbres avec des essences diverses et le fait qu’ils hébergent une faune variée sont un trésor local qui disparaît.
  • L’exposition au bruit des trains est exacerbée pour les riverains.

L’abattage n’est pas ponctuel mais concerne 60 km de voies ferrées !  Cet abattage systématique ne peut être motivé par le seul impératif de sécurité mais d’autres considérations économiques ou autres. Les habitants vont payer pour des dizaines d’années, voire un siècle, durée nécessaire pour qu’un arbre retrouve sa taille initiale.

Nous exigeons de la SNCF l’arrêt de ce massacre et un plan de replantation

Assemblée générale 2 mars 2019

Rapport d’activité voté à l’unanimité

Ce rapport correspond à la première année de changement de l’équipe de direction de notre association, ce qui me donne l’occasion de saluer le travail de l’équipe sortante avec Thierry Hubert (président) et Anne Sauvey (secrétaire générale). La transition effectuée en douceur a permis de minimiser le temps de prise en mains des dossiers.

La nouvelle équipe est composée de Irène Nenner (Présidente), Agnès Bauche et Pascale Murugaiyan (Secrétaires générales), Clotilde Norguet (Trésorière), Améziane Medjdoub (conseiller pour les relations institutionnelles et la mobilisation  des compétences et expertises auprès de la présidente), Pierre Salmeron, Michel Riottot, Jean-Marie Blin, Jacques Capet (Vices présidents pour les territoires T2, T3, T4 et T5 respectivement), Pierre Tripier et Bernard Garmirian (conseillers).

Continuer la lecture de « Assemblée générale 2 mars 2019 »

La Butte rouge :

Conférence vendredi 15 mars 2019 à 17 heures au centre protestant, 36 rue Jean-Longuet. Entrée libre.

La plus vaste et la plus verte des cités jardins, témoin de l’urbanisme social et de des années 30, quand Paris craquait dans ses murs sous les quartiers insalubres a trouvé un allié de poids en la personne de l’historien Jean Louis Cohen, face à un projet de modernisation/construction/mixité.

Butte rouge 70 ha, 4000 logements

http://podcast.archi/articles/les-cites-jardins-des-villes-du-diable-aux-jardins-d-eden-0

Butte-Rouge à Châtenay: l’historien de renom défend une cité «exceptionnelle»

Jean-Louis Cohen, historien de l’architecture et de l’urbanisme et professeur au Collège de France, vient à son tour défendre la préservation de la cité-jardin. Le maire, lui, fait fi de ces « agitations » et assume plus que jamais son projet.

Nouveau soutien de poids pour les opposants au projet de rénovation de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry. Après les anciens ministres de la Culture Françoise Nyssen et Jack Lang, Jean-Louis Cohen, grand historien de l’architecture et de l’urbanisme, vient à son tour défendre la cité-jardin telle qu’elle est aujourd’hui. A la demande de l’association Châtenay Patrimoine Environnement, ce professeur au Collège de France et à l’Institute of Fine Arts de l’université de New-York donne une conférence, ce vendredi, sur cet « idéal à sauver ».

http://www.sppef.fr/2019/02/04/non-a-la-demolition-de-la-cite-jardin-de-la-butte-rouge-oui-a-un-site-patrimonial-remarquable/

Présentation du plan Climat 2019-2025 du territoire GPSO

Les 5,6 et 7 décembre, à 19H, respectivement à Sèvres, Boulogne et Vanves

Le Maire de Boulogne et président de GPSO organise une présentation de son plan climat pour le territoire T3, poétiquement nommé Grand Paris Seine Ouest

  • le mercredi 5 décembre à 19H au SEL à Sèvres 47 Grande rue
  • le jeudi 6 décembre à 19H à Boulogne Billancourt Espace Landowski 28 avenue André Morizet
  • le vendredi 7 décembre à 19H à Vanves Salle La Palestre 36 rue Antoine Fratacci

Merci de vous y rendre nombreux et de nous envoyer vos suggestions, commentaires et questions sur l’adresse : environnement92@gmail.com

Alerte ! On abat des arbres d’alignement à Montrouge,

Une ville déjà très carencée en espaces verts

Arbres abattus
Arbres abattus à Montrouge

Depuis le 20 août 2018, 23 platanes de l’avenue Jean Jaurès ont déjà été abattus, dont un arbre centenaire parfaitement sain sur la Place Jean-Jaurès. 3 arbres seulement étaient fragilisés et préconisés à abattre, et 106 arbres sont menacés (dont 86 platanes). Un spectacle de désolation pour les habitants.
Pourquoi ?
La municipalité de Montrouge a présenté en juin dernier un projet de transformation de l’avenue Jean Jaurès  en « promenade végétalisée » de près d’un kilomètre entre la mairie et la place Jean-Jaurès. Ce projet appelé « Les Allées Jean Jaurès » est censé suivre une démarche écologique.
Un constat désastreux :
Des platanes de plus de 20m de haut, abattus ou menacés, sont une perte pour des dizaines d’années, voire un siècle, durée nécessaire pour qu’un arbre retrouve sa taille initiale. Les raisons sanitaires ou techniques invoquées par la mairie pour leur abattage, sont contestées par de nombreux habitants.
Ces arbres d’alignement sont les rares aménités de cette ville déjà très carencée en espaces verts, carence annoncée dans le Plan Vert de la Région Ile de France de 2017
https://www.iledefrance.fr/sites/default/files/medias/2017/03/documents/plan_vert_vf_pour_repro1.pdf
. . En effet, Montrouge bénéficie de moins de 5 m2 par habitant alors que la moyenne des Hauts de Seine dépasse 22 m2 par habitant….Nous sommes ainsi loin des préconisations de l’OMS (Plus de 10 m2 par habitant et avec une accessibilité à moins de 15 mn à pied)  pour une bonne santé des habitants. Cet abattage aggrave la situation, c’est la double peine pour la commune !
Les arbres en ville améliorent la santé des habitants en dépolluant l’air, en régulant la température des rues en été et en y maintenant une certaine humidité nécessaire à leur vie mais aussi à celles des humains. Outre cela, les platanes actuels adultes ou en pleine adolescence fixeront bien plus de gaz carbonique que les jeunes arbres des futures allées et résisteront mieux au réchauffement climatique qui atteint déjà nos forêts françaises.
Ces arbres d’alignement font partie intégrante d’une trame verte indispensable à la préservation de la biodiversité. En effet, les riverains ont constaté la présence de nids avec des oisillons dans les arbres abattus.
A l’heure où la Métropole Grand Paris vient de voter un Plan Climat Air Energie Métropolitain (Montrouge en fait partie), http://www.metropolegrandparis.fr/fr/content/plan-climat-air-energie-metropolitain-pcaem, la lutte contre le réchauffement climatique impose de conserver (et de développer) les espaces verts et boisés, seuls espaces de fraicheur en cas de canicule. Montrouge doit se conformer à ce plan, c’est urgent.
 Nous nous opposons à l’abattage des arbres sains existants sur le périmètre du projet des Allées Jean Jaurès, ainsi qu’au déplacement annoncé de 44 platanes qui n’y survivront pas. Nous réclamons une réelle concertation avec tous les montrougiens, en toute transparence, sur la réalisation de ce projet. »
Dominique Granger pour le Collectif CAPAJ de Montrouge

13 Octobre 11H Tours Aillaud Nanterre

Le collectif de défense du patrimoine Aillaud et de ses habitants ( C – D – PA H) organise une ballade dans le patrimoine, samedi 13 octobre 18 à partir de 11h. Rendez-vous  à la tête du serpent. ( rer A – arrêt La défense ou Nanterre préfecture) : bienvenue aux amoureux des tours Aillaud!

Ils iront de tour en tour dans le viseur des décideurs. Démolies ou vendues. Bouygues et Cogédim concourent avant la signature finale de l’ANRU.

Feront une visite guidée  chronologique quant aux étapes de construction du patrimoine.

Apposeront des cibles sur les tours qui seraient détruites ou vendues.

Profiteront des espaces piétons et des poèmes hommages aux  différents lieux et sculptures de Laurence Riéti.

On peut apporter son pique-nique, ses chaussures de marche.

 

La lettre de septembre 2018

Lisez la LETTRE d’Environnement 92 de septembre 2018

Sommaire :

  • Edito d’Irène : Biodiversité urbaine : une cause majeure
  • Espaces verts et biodiversité dans les communes carencées
  • RN13 à Neuilly aménagement des contre-allées
  • Tramway T2 : massacre d’arbres à Saint Cloud
  • Tramway T15 important impact sur le Domaine de Saint Cloud
  • Tramwy T15 Parc Barbusse à Issy les Mx
  • Nouvel échangeur A14-A86 et continuité écologique
  • Comprendre les comptes de la métropole
  • PLU déconcertant au Plessis-Robinson
  • Charte Trame Verte et Bleue TVB
  • Tramway T10 grignotage de la forêt

Vision globale – action locale

Pourquoi une Fédération d’associations
de protection de l’environnement des Hauts de Seine ?

Pour défendre la qualité de vie dans nos villes, et la santé de leurs habitants

  • Par la lutte contre la pollution de l’air en Ile de France
  • Par la lutte contre le bruit, la pollution lumineuse, la pollution des sols et des eaux, la prévention des inondations, l’engorgement routier et toutes autres pollutions…
  • Par la protection des forêts, des rivières et étendues d’eau, et l’accroissement des espaces verts indispensables à la santé et au bien-être des habitants des zones urbanisées denses.
  • Par la protection de la biodiversité
  • Par une urbanisation raisonnée et la planification de l’occupation des sols avec une priorité à la réservation des espaces nécessaires à l’aménagement d’espaces ouverts répondant à l’importance de la population
  • Par le développement des énergies renouvelables dans nos territoires
  • Par des propositions sur les modes de mobilité non polluants et minimisant les trajets domicile-travail

Toutes ces actions sont destinées à accroitre la résilience des habitants et œuvrent contre les méfaits du réchauffement climatique dans nos zones urbaines.

Pourquoi une fédération ? Vision globale et action locale
Généraliste au niveau du département, Environnement 92 rassemble une quarantaine d’associations  et collectifs présents au plus près des habitants de chaque ville du département.
Membre du réseau de l’association nationale FNE France Nature Environnement par l’intermédiaire de la Fédération régionale FNE Ile de France, Environnement 92 profite de leur expertise. Ainsi nous pouvons agir près de chez vous et à l’échelle territoriale voire régionale.
Vous trouverez à Environnement 92, un soutien compétent, documenté (scientifique, juridique, aménagement et urbanisme) et engagé pour alerter les élus et administrations au niveau adéquat (département, Métropole Grand Paris ou Région Ile de France) ou porter des projets qui impactent un territoire plus étendu qu’une commune.

Nos compétences sont reconnues pour vous aider dans vos démarches, car nous sommes représentés  aux :

  •  Conseil de Développement de la Métropole Grand Paris,
  • Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement des Hauts de Seine (CAUE92),
  • et dans nombre de commissions spécialisées comme la Commission départementale des sites, perspectives et paysages, le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST).
  • Nous sommes un partenaire technique de l’Agence Régionale de Biodiversité, et les interlocuteurs réguliers de l’Office National des Forêts en Ile de France ouest et de la Fédération Nationale des Communes Forestières.
  • Et dans les « Plaines et coteaux de la Seine Centrale Urbaine » :
  • Nous sommes signataires de la Charte de l’eau qui vise à connaître et protéger la Seine et ses affluents, préserver la ressource en eau et améliorer sa qualité, rendre la ville plus perméable en prenant en compte le cycle naturel de l’eau et mettre l’eau au centre de l’aménagement durable du territoire.
  • Nous sommes signataire de la Charte de la Trame Verte et Bleue pour Identifier les continuités écologiques du territoire et développer une culture commune, intégrer la biodiversité au cœur des aménagements en utilisant les documents d’urbanisme comme outils d’amélioration, améliorer la fonctionnalité des écosystèmes. Préserver, restaurer et recréer des continuités écologiques fonctionnelles partout. Et Inciter à participer : Encourager chacun à contribuer à la restauration et la préservation de la Trame verte et bleue.

Nous sommes porteurs de projets sur le département des Hauts de Seine

  • L’enquête sur le développement durable
  • Les forêts urbaines
  • L’enquête sur la transition énergétique
  • L’étude « Espaces verts et biodiversité dans les communes carencées ».

Notre souhaitons être aussi attractifs pour le Grand public en étant

  • un organe d’information et de communication (Réunions, débats, visites, éditions de newsletters, tracts, documents, lettres officielles, etc..)
  • en donnant une visibilité à vos actions majeures, dans notre publication mensuelle « La lettre d’Environnement 92 »  et notre site internet.

Vous pouvez nous aider 

    • Nous sommes habilités à recevoir des dons pour soutenir nos études et nos projets… Et nous avons besoin du soutien du plus grand nombre.
    • Nous avons besoin de réunir toujours plus de compétences et de bénévoles pour signalements, explorations, relevés et études sur les sites très divers de ce département. Venez nous compléter…

Association agréée protection de l’Environnement
habilitée au dialogue environnemental
Siège social : 16 rue de l’Ouest 92100 Boulogne Billancourt
Contact : environnement92@gmail.com
Association loi 1901, sans but lucratif, créée en 1991.
SIRET : 432 179 059 00014 APE : 913 E J.O. du 28/08/91
N° d’enregistrement en Préfecture : 29-10408